« Midis Le billet de Nestor | Accueil | Le chant de la noria »

03 novembre 2009

Commentaires


Quelle joie de tresser ma lecture de ce livre obsédant avec la lecture d'Angèle. Elle passe, avec sa plume rare, et le livre en est magnifié. Mon acte de lire était modeste et s'effaçait derrière mon regard silencieux et lisse de lectrice anonyme, et voilà que par la rencontre de ce billet d'Angèle, je m'approche de la patience du livre qui devient oeuvre car elle en a consacré le chant.
Ses billets sont des dons aux lecteurs et à l'auteur. Ils lient le bonheur de lire au désir d'entrer dans l'intimité d'une écriture. Elle voit l'invisible du livre. J'aime ses critiques littéraires qui apprennent la patience de la maturité.
Je vais relire ce beau roman, maintenant qu'on m'a donné un soc d'or pour en ouvrir l'immensité.



J'aime beaucoup la façon dont tu évoques ce livre que j'ai savouré également il y a quelques semaines...



Merci Anne-Sophie pour ton passage. J'ai mis en lien ta très belle note de lecture.


Je viens d'apercevoir un lien depuis l'atelier "Marelle" de Pierre Ménard qui cite http://www.marelle.cafewiki.org/index.php?Ecrit%20321>la lecture d'Angèle.

Bonnes fêtes !

Nadine

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.