« Marta Grundwald | je te montrerai comment je traverse la rue | Accueil | Circulades Le billet de Nestor »

08 novembre 2009

Commentaires


Oui ! "le petit pont aux âmes court..." Une belle impression de nuit dans ce texte.
Il paraît que tu viens à Montpellier ? Quand ?
SD


Poème de vigie. Comme un guetteur qui surveille le large du haut de la tour de Nonza, vous repassez sur vos pas, crayon d'écriture à la main, dans une solitude épaisse, pour percevoir le langage de la nuit au loup blanc...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.