« Marie-Ange Sebasti | Ils étaient partis | Accueil | Isabelle Raviolo | Ô mère »

18 novembre 2009

Commentaires

Dans Wikipédia on peut lire :

" Jean Carrière (né le 6 août 1928 à Nîmes, décédé dans la nuit du 7 au 8 mai 2005 à Domessargues près de Nîmes) est un écrivain français.
D'origine cap-corsine par sa mère, Andrée Paoli, Jean Carrière fut secrétaire particulier de Jean Giono (sur qui il écrira un essai) à Manosque, critique musical à Paris, chroniqueur littéraire à l'ORTF, il entame sa carrière d'écrivain avec son roman Retour à Uzès en 1967 (prix de l'Académie française). Il a publié une vingtaine d'ouvrages, principalement des romans.
Lauréat du Prix Goncourt en 1972 pour L'Épervier de Maheux, publié par l'éditeur Jean-Jacques Pauvert, le succès (2 millions d'exemplaires, traduction en 14 langues), la mort brutale de son père écrasé par un chauffard et un divorce, le plongeront dans une profonde dépression qui lui fera écrire quinze ans plus tard Le Prix d'un Goncourt. "…

Amicizia
Guidu___


En effet, cavaliere, Andrée Carrière et mon père sont cousins. Je viens de trouver, entre les pages des Années sauvages, roman de Jean Carrière, quelques lettres échangées entre ma mère et Jean Carrière-Paoli. Il y est question, entre autres choses, de photos où l'on voit mon père (Jean Paoli), âgé de vingt et un ans, aux côtés de Jean, âgé de huit ans, Andrée et ses parents. Qu'est devenue cette photo ? Jean Carrière l'a-t-il renvoyée à ma mère à qui elle appartenait. Ma mère ne se souvient pas.


Le seul qui puisse m'aider à retrouver ces liens qui unissent Jean Carrière à son village corse de Canari, c'est Serge Velay qui se passionne pour le fonds Jean Carrière et m'a fait parvenir deux tomes des Carnets Jean Carrière.

Je sais aussi que la grand-mère de Jean, dite "mémé Paoli", avait dit à son petit-fils: "n'oublie jamais ta famille corse". Et aujourd'hui, c'est moi qui m'occupe de Jean Carrière. N'est-ce pas émouvant?


J'avais douze ans en 1972 quand Jean Carrière obtint le Goncourt et c'est à cet âge que j'ai lu L'Epervier de Maheux. On peut donc considérer que ce fut mon entrée dans le monde de la littérature, passion qui depuis ne s'est pas démentie. Certes j'étais bien jeune pour percevoir tout ce qu'il y avait derrière cette histoire de paysans des Cévennes, mais je suis certain d'être allé au-delà de la simple intrigue et d'avoir déjà deviné toute la démarche existentielle qui est le vrai message du livre.

J'ignorais totalement que vous étiez parents.


http://www.franceculture.com/emission-jean-carri%C3%A8re-1928-2005-2010-05-18.html>France Culture

Le Mardi des auteurs
par Matthieu Garrigou-Lagrange

Mardi 18 mai 2010
de 15h00 à 16h00
Jean Carrière (1928-2005)

Par Stéphane Bonnefoi et Viviane Noël ;
- et la voix de Jean Carrière (archives INA).


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.