« Pascale Arguedas, Pourquoi | Accueil | 9 octobre 1970 | Mort de Jean Giono »

08 octobre 2009

Commentaires

Bonjour,

Le magnifique premier texte m'a fait furieusement penser, dans sa musicalité, dans un je ne sais quoi, à ce texte de Mimy Kinet, poétesse belge regrettée :

"Epilogue

Fin d'un printemps.

Il lui fallait, avant de partir, brûler les cierges qu'elle n'avait pas allumés dans sa vie.
Elle se mit à la tâche, en plein midi, un jour de grand soleil.
Nul ne la vit disparaître dans l'incendie muet.

La lumière continua de s'égoutter parmi les rameaux en fleurs.
Cet été-là les femmes cueillirent des cerises étrangement rouges.
Quand vint l'automne, on vendangea des regards.

Décembre : un âne brouta distraitement un rêve égaré dans une touffe de chardons puis s'éloigna, serein, sur le chemin des hommes...

Ainsi tout rentra dans l'ordre."

http://users.skynet.be/amedefond/kinet.htm


Merci, Angèle... de nous réunir ainsi, Lucetta, toi et moi.
Femmes de la Méditerranée.
Ce qui est amusant, c'est que je dois écrire un livre sur les olives (zitoun en arabe) et la Tunisie.
Le monde pour moi est bleu comme une olive !


Merci, Angèle.
Au plaisir de te connaître personnellement.
amicalement
lucetta frisa

Très beau texte. Je ne connaissais pas Mimy Kinet et veux mieux la connaître ! Merci Florence !


Lucetta mi aveva parlato di una traduzione in corso, non so se sia questa. Sono felice di ritrovarla anche qui perchè è davvero una poetessa, scrittrice, traduttrice e DONNA impagabile.

un abbraccio, Anghjula !

Blumy

Poème-épine qui égratigne le coeur juste là où nide l'absente...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.