« 26 octobre 2007 | 26 octobre 1987 | Enrique Vila-Matas, Journal volubile | Accueil | La revue Nu(e) organise une souscription pour son 42e numéro »

27 octobre 2009

Commentaires


Je viens, grâce à votre billet, de lire ce beau récit : Le Pouvoir des écorces. C'est étrange comme, l'ayant traversé, je reste imprégnée de douceur. C'est étonnant et imprévisible, ce drame aurait dû s'enfoncer, enfoncer Christina dans le noir et c'est une lumière paisible qui l'irradie dans les dernières pages. Aucune douleur n'est refusée mais elle ouvre à une grâce où hélas la vie passée est en trop...
Merci d'avoir conseillé ce livre. Il me reste à lire le deuxième récit qui fait suite, La Nuit du symbole, mais j'ai besoin d'une pause car je suis étonnée, en suspens... Elle est ailleurs, cette femme, ailleurs... mais où ?


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.