« Eva Almassy | Des petites filles qui rient dans le soleil | Accueil | Carnets de marche. 21 »

18 septembre 2009

Commentaires


Voilà un poète qui a un chant, un chant interne qui lui fait parler de tout, du plus intime, du plus externe, avec cet œil juste et cette coulée de mots toujours précise sur la plaie qui sourit, au travers de la chair.


C'est magnifique Angèle.
Merci de me faire découvrir Guy Goffette.
J'envoie le lien sur Twitter.

Sabine http:twitter.com/SabineWe

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.