« Samira Negrouche | Tes vagues | Accueil | Guy Goffette | Ainsi nos pas »

17 septembre 2009

Commentaires


C'est passionnant et extrêmement suggestif pour moi.
Je pense à ces photos où l'on voit l'enfant dans une robe légère, presque un chiffon tendre, une main retenant les cheveux envolés, l'autre serrant derrière le dos un nounours , un doudou, une poupée... et tout ce terrifiant et attirant mirage de la haute mer devant, qui emporte les rêves et les engloutit dans l'impénitence irrésolue.
Cela donne envie de s'asseoir par terre, sur le sable, et y planter des racines pour redevenir arbre séculaire avec des fruits au Printemps...

http://www.youtube.com/watch?v=4gVhDD-pz8o





Les petites filles d'aujourd'hui ne mettent pas forcément leurs pas dans ceux de leur mère. Elles sont plutôt à leurs côtés. Elles discutent avec elles de manière assez étonnante, avec maturité. Je pense que cela vient du fait que, de nos jours, les enfants sont bien plus impliqués dans la vie des adultes que ne l'étaient les générations précédentes. Ils sont mêlés à la vie, tout simplement. Les petites filles restent coquines, elles savent plaisanter. L'occasion leur est donnée de s'ouvrir dès leurs toutes premières années. Je ne les crois pas en voie de disparition. Et l'éloge simplement physique me semble réducteur. Ma petite nièce de 8 ans est capable de donner son avis sur des sujets graves, de jouer à la guitare un petit air que son grand-père fredonne. Cela donne lieu à des moments délicieux. Je crois que les adultes, les mères en particulier, donnent de nos jours aux petites filles l'occasion de s'affirmer très tôt en favorisant leur ouverture à une éducation très variée. Evidemment, ceci est valable pour notre civilisation occidentale.
Tu verras Angèle, tout le bonheur que Colomba et Alma vont t'apporter.
Amicizia
Christiane



Christiane/Mth

Etrange ! Vos deux commentaires me laissent à penser que vous n'avez pas eu la même perception de ma propre lecture. Sans doute n'ai-je pas su donner à ma note toute sa précision ou sa rigueur. Le mieux, c'est que vous lisiez cet éloge pour en apprécier toute la portée.

Je l'ai d'ailleurs conseillé à ma fille.

Bises à toutes deux, mes amies de Marseille et de Lyon.


Merci, Angèle.
Ce petit livre, en réalité, aura été très difficile à faire. Je m'en explique dans les derniers chapitres, mais il reste tant de choses à dire, de mes raisons en particulier et des petites filles en général. Ou plutôt le contraire. Quoi qu'il en soit, j'ai créé un blog qui peu à peu complètera - corrigera ? - le livre.
Vous êtes les http://elogedespetitesfilles.blogspot.com/>bienvenues.
Anciennes petites filles, petites filles de toujours.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.