« Carnets de marche. 19 | Accueil | 11 septembre 2001/Don DeLillo, L'Homme qui tombe »

11 septembre 2009

Commentaires


Merci Angèle de faire connaître à tes lecteurs la superbe poésie d'Antonella Anedda. C'est grâce à toi que nous pouvons lire ces poèmes puisque, à ce jour, peu de vers sont traduits en français. Terres de femmes est d'une richesse inégalée, à ma connaissance, sur le web ; ta revue efface la barrière de la langue pour laisser aux amoureux des mots la possibilité d'en jouir pleinement.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.