« Antoine Emaz | La poésie ? | Accueil | Carnets de marche. 16 »

28 août 2009

Commentaires


Une fêlure, couleur sang, dans le noir de l'enfance qui troublera tous les miroirs du temps d'après...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.