« Juan Gelman | el ángel de la tarde | Accueil | Carnets de marche. 4 »

03 août 2009

Commentaires


Il ne se passe rien, ou presque rien... elle passe, elle marche, sur sa terre et dans sa tête...dans une constante métamorphose, dans un temps mouvant où elle tangue entre son corps affamé... d'elle... et la peau aimée de sa terre, sa beauté qui la révèle à elle-même. C'est une voix qui traverse une solitude bouleversée dans un amour qui se meurt. C'est un combat pour survivre et c'est... très beau.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.