« Ludovic Degroote, Un petit viol, Un autre petit viol, par Sylvie Fabre G. | Accueil | Michele Tortorici | Vicino al faro »

29 août 2009

Commentaires

Un bien beau texte, vraiment.

Noël... et sa rose de cendre... kaléidoscope de l'enfance neige et de sa nuit à l'étoile... J'entends pleurer la sève du sapin dans ce poème.


Ma chère Angèle, Je suis venue en Corse en juillet mais nous ne nous sommes pas vues. Je n'ai pu me rendre sur mes chères terres du Cap où mon cousin n'a pu nous accueillir, totalement occupé à porter secours à sa belle-mère, très touchée par les feux à Peri. Toute sa propriété à brûlé...
J'apprécie donc beaucoup tes carnets de marche qui me permettent de me retrouver sur les lieux que je connais et qui m'ont manqué cet été. On sent presque l'odeur, le silence. Les lieux que tu nommes me sont familiers. C'est bon de te lire.
Merci
Amicizia
Christiane


=> Christiane

Je me doutais bien qu'il s'était passé quelque chose de grave. Je n'avais pas imaginé, pourtant, que ton absence à nos rendez-vous annuels de juillet étaient dus aux terribles incendies qui ont ravagé le sud de l'île. J'ai pensé à toi souvent. Je suis heureuse que tu me/te retrouves dans mes Carnets.

Je t'embrasse fort.

=> Feuilly, merci, votre présence me touche beaucoup.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.