« Zéno Bianu | Du plus loin… | Accueil | Antoine Emaz | La poésie ? »

26 août 2009

Commentaires


J'aime cette phrase qui introduit à elle seule ces carnets de marche "Le désir la prend d’aller marcher sur la route côté ombre. De reprendre le fil de son écriture." marcher écrire, deux pans d'une même vérité intime?

Et d'autre part, cette interrogation muée immédiatement en modification stylistique de la personne à interroger dans ces monologues : "elle", "je", "tu" avec ce "il" qui est le point de repère, peut-être le premier destinataire.



bonjour_
moi, j'aime bien la dernière phrase_
"Les ondes vives sont silencieuses aujourd’hui."_

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.