« Carnets de marche. 11 | Accueil | Marc Delouze | Ravello »

16 août 2009

Commentaires


Le temps passe. Les pages se succèdent. Je dois partir quelques semaines, alors un commentaire un peu plus long pour vous, Angèle, d'"Elle".
A pas lents, "elle" marche sur les chemins qui entourent le hameau paisible où elle demeure. Le nez au vent dans les odeurs âcres de l'enclos aux chèvres ou dans le crépitement de la flambée du soir quand le petit bois sera rentré. Elle marche et elle se souvient. Son coeur est plein de ce monde pérenne malgré l'absente. Parfois le chagrin lui monte au ventre et l'enveloppe d'une douceur aigre-douce entre résignation et résistance. Tous ces instants sont à elle. On sent qu'elle ne veut pas y renoncer. Ces souvenirs font partie de son quotidien. Elle vit avec eux... mais aussi, aime sa terre, la contemple, l'écoute, la hume... sa terre qui est sa sauvegarde. Ainsi s'inscrit une vie de silence, dense de pensées secrètes, au milieu des autres qui ne savent pas... les voisins du hameau avec qui elle entretient des relations simples et joyeuses, la famille proche, les amis.
Ecrire lui est devenu une évidence, une nécessité qui répare l'injuste dévastation du chagrin et de l'abandon. Ecrire pudiquement ce combat singulier, sans révolte, sans courage stoïque, sans arrogance. Ecrire en acceptant que les bonheurs se mêlent à la souffrance.
Et nous offrir ces pages fidèles aux carnets de marche qu'elle noircissait, au jour le jour, cette année-là, sur les chemins... vagues simultanées de joie et de souffrance de l'enfantement.
La douleur devenait vivable, les souvenirs s'apaisaient mais elle restait seule face à l'épreuve... et marchait, tendre et indépendante, l'appareil photo en bandoulière et le carnet dans la poche.
Elle gardera, certainement, le cap et traversera l'hiver avec ses livres, ses carnets, son compagnon et son chat au coin du feu, en attendant patiemment le retour du printemps.



Toujours, toujours quelque part en infraction . Ce sentiment de piège avec, dans la bouche, un goût terreux de liberté.

Amitiés, Angèle.
A te suivre sur le chemin.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.