« 1er août 1912 | Pierre Bonnard à la Galerie Bernheim-Jeune | Accueil | Carnets de marche. 2 »

01 août 2009

Commentaires

Poignant


C'est douloureux et beau
...
comme ton regard est clair
il m'évoque la mer
ce qui maintient au jour
écarte la distance
caresse
caresse


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.