« Claude Esteban | Bleu, bleu surtout | Accueil | Benoît Conort | De l’ombre et de sa nuit »

27 juillet 2009

Commentaires


L'invisible donné comme une sève agissante...



Un bel équilibre entre la torpeur de l'été et le poivre des images dont les couleurs mordent le sable.


L'été entre les mots

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.