« 17 juillet 1900/Isabelle Eberhardt à Marseille | Accueil | 19 juillet 1957 | Henry Miller écrit la préface de Justine de Lawrence Durrell »

18 juillet 2009

Commentaires


Ce geste de la main qui sauve
les seuls mots qui vaillent
ceux que recueille ou prononce le vent
ce geste est éternel et aussi de l'enfance

J'aime cette découverte que nous offres patiemment
avec ceux qui t'entourent
les mondes au coeur libre
posés ici
passeuse des saisons

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.