« Jeanne Bastide, Un silence ordinaire par Angèle Paoli | Accueil | Seyhmus Dagtekin | Je voudrais »

05 juillet 2009

Commentaires


Il est beau ce texte. Il est puissant. Presque trop. Pour l'approcher, il faut le contour du temps, son œil de lime.

Angèle, un salut amical au passage.



Oh, chère Angele, merci infiniment pour ce bel hommage que tu fais à ma poésie. Je suis si nulle avec facebook, que je viens de me rendre compte de ton message. Je suis heureuse que ma poésie t'ait plu. J'aime comme tu en parles. Oui il faut "le contour du temps", et surtout "l'oeil de lime".

Un salut amical a toi aussi et au plaisir de nous croiser dans ce monde.


Hyam

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.