« Pierre Guyotat, Ashby | Accueil | Sur la silice des mots »

26 juillet 2009

Commentaires


Merci, Angèle.
Le bleu et surtout la fragmentation.
Et Esteban.
Mort le jour de mon anniversaire.
Esteban dont nous parlions avec une amie qui ignorait sa disparition.
Assises sur un rocher à lire de la poésie, au bord du torrent, à Saorge.
Je t'embrasse!
S



Si je puis me permettre, Angèle, http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2048 >un lien.
J'ai découvert ce poète à titre posthume, en lisant le dernier ouvrage qui fut publié après son décès, La Mort à distance, et depuis, il ne me quitte plus... Peut-être a t-il trouvé, enfin, un lieu qui ne s'effondre pas, pour y faire halte...
Merci...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.