« 20 juillet 1945 | Mort de Paul Valéry | Accueil | Luis Mizón | L'exil »

21 juillet 2009

Commentaires


Etrange et fascinant livre que vous donnez urgence de lire. Etrange pénétration du livre, voix gémellaires... Me revient alors ces quelques lignes (p. 50) :
"Ainsi invente-t-on les légendes, ce qui doit être lu, et cependant doit rester illisible, à la fin d'instruire notre histoire, en toute obscurité[...] C'est que partir est moins s'éloigner qu'aller à ce qui nous laisse partir [...] A l'envers de nos pas, nous croisions les paroles prononcées [...]nous allions parmi elles, à la rencontre inquiète de nous-mêmes..."
Ce livre-labyrinthe n'est pas un lieu où l'on se perd mais un lieu d'où l'on ressort perdu. En amont, "les ténèbres d'où nous venons" et ce lien, pour cheminer de l'obscur de nous vers la lumière des "manines". "Les choses ne sont pas ce qu'elles disent. Il faut une vie pour l'apprendre." (p. 47).
MERCI.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.