« Angélique Ionatos | Ké prassinizo | Accueil | Jeanine Baude | C’est affaire de corps »

13 mai 2009

Commentaires


la lumière aux branches nues
se fige et fait silence

portée par les oiseaux
comme mêlés à l'aube

comme une mesure
du temps

dans l'acte de connaître
et de nommer

_

le ciel sous moi
est enclos

qui m'englobe
ensilençant, se dépose et plie



Comme c’est beau Déborah Heissler ! Vous faites resurgir des cathédrales effondrées, vous ravivez des couleurs déclinées en désensablant les impasses au bout des remparts…

Amicizia
Guidu___


(Le secret, c'est que personne n'a envie de SAVOIR... on peut continuer à peindre et dépeindre tout ce qu'on voudra... et tenter de trouver des réponses pour répondre et répondre éternellement aux réponses... quel ennui)
La grande question est "Qu'y a t-il derrière ?" (je ne dis pas que c'est la bonne).

Bien à vous Angèle.



Merci à vous, je suis touchée.
Et Albert Ràfols-Casamada, que je découvre ici chère Angèle.

@très bientôt.




Même les farouches se laissent border, déborder, par ces désirs de lumières, ces branches secrètes aux langues de ciel
Merci.



Lumière est foyer

Réfractaire de la matière

En creux

Elle secrète des mouvements

D'Exode

Et cherche la dissolution

Dans l'écoulement

Promis d'un Monde

Où baigne les mots.

E.S.
Amitiés.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.