« Délires de livres à Chartres | Accueil | Piero Bigongiari | Pescia-Lucca »

11 avril 2009

Commentaires


C'est complexe ces amours-haines nés de l'incarcération du moi dans l'autre, de l'autre en soi. S'en délivrer, s'en approcher ? Lieu où la mort frôle la vie, où le désir se mue en répulsion. Voici la palette la plus surprenante des sentiments qui nous arrachent le coeur et la peau comme des barbelés de couleurs dissonnantes. Quelle douce humanité, si proche de nos défaites et de nos hontes.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.