« Jean-Pierre Spilmont, Une saison flamande | Accueil | 19 février 1924 | Conférence de Paul Valéry sur Baudelaire »

19 février 2009

Commentaires


Dans http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2006/03/sylvie_fabre_gq.html>Bruissements vous l'appellez "sourcier" et je découvre qu'elle est apparue dans Sorcières.
Imaginez l'historique de celles-ci qui remonte en ma mémoire.
Exprimer son corps c'est un peu comme réapprendre l'alphabet.
Encore une "auteuresse" que je ne connaissais pas. Merci.



Voici donc le retour sur Terres de Femmes de Sylvie Fabre G. Je m'en réjouis et reconnais dans ce poème l'âme fortifiée par les grands pans de silence que versent les lieux du haut où l'on médite dans les neiges et le silence. J'aime ce pays des sources et des grands arbres sombres, la Belledonne qui mange le soleil et le vole aux Bannettes, les cabanes forestières, les sentiers à flanc de falaise, les pierriers où la roche craque de gel. Dans ces lieux surplombant la vallée de l'Isère, face au Vercors, aimer c'est planer en silence comme le rapace des solitudes autour du corps désiré comme sur l'aile du vent.



Ah, c'est fort bien vu! Sorcière, sourcière, oui, elle est tout cela, Sylvie, et qui plus est, un être d'exception.
Auriez-vous fait partie des Sorcières ? Ou bien les avez-vous fréquentées ?


"Nous sommes dans la séparation, pays premier.
C’est ainsi que s’expriment les amants, au détour du poème. Peu importe que la voix entendue soit celle de l’homme ou de la femme. L’un et l’autre partagent, dans la douleur de fond, la même certitude, celle qui les a conduits, hors d’eux-mêmes en eux-mêmes, jusqu’au point de rencontre où leurs destins ont fusionné, et celle qui, si essentiellement liés qu’ils soient, par le désir, par l’attente et par la communion, les rappelle à tout moment à cette dure réalité de l’existence qui a valeur d’une loi de nature : Nous sommes dans la séparation, pays premier. Nous y sommes, au terme comme au commencement, et il semble que nous n’en soyons jamais sortis".
(extrait de la préface de Claude-Louis Combet à Corps subtil de Sylvie Fabre G.) .

Amicizia
Guidu____




Quelle souplesse cette apologie de l'ignorance !
Je bois dans ce court extrait l'extrême fugacité
de toute vélléité de conscience. Une écriture de la
fragilité qui s'exprime dans les infractuosités des mémoires ressemblant à la mousse des arbres. Supplantant la mort en greffant des touffes de vie. Que d'amour dans un brin de poème!... Il y faut toujours une source, pourquoi pas une sorcière... mais qui n'en serait pas une, juste son contraire en plus détachée, mais qui ne voudrait pas qu'on l'ébruite... ?



Apologie de l'ignorance ? Non, je ne crois pas. Juste une vertu nécessaire par moments.



Lecture de Sylvie Fabre G. dans le cadre du Salon du livre de Voiron au Polychrome, école de musique de Voiron, avec M. Bordenet, musicien.

« Ce que nous dit le corps, » le samedi 7 novembre à 16h45.



L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.