« Patrick Boucheron, Léonard et Machiavel | Accueil | 10 février 1933 | Exil de Thomas Mann »

09 février 2009

Commentaires


Mots terribles.
Peut-on vivre après l'adieu ?


Grazie, per le le poesie che scrivi, pubblichi (e traduci).
Angela


Difficile de le dire, Johal, difficile même de comprendre et de croire que l'écriture (ou l'art) soit un moyen pour surmonter l'adieu. Et pourtant, les exemples existent, qui prouvent que oui. L'écriture poétique est là, qui en est le signe tangible. Ecriture de la consolation ! diraient certaines voix qui refusent qu'une fonction cathartique puisse être assumée par la poésie. Et pourquoi lui refuser ce pouvoir ?

Cara Angela, ti ringrazio per il passaggio dalle mie terre. Milo De Angelis è stato una bella scoperta. E' una grande voce.


C'est un poème en noir et blanc qui dit le monde de la mort, ses fractures, sa violence, ses ombres, ses terreurs et pourtant il y a là une douceur rayonnante, un goût d'inachevé, un pas au-delà de la butée de la mort porté par la voix du poète. A qui parle-t-il ? N'y a-t-il que la matière ? La beauté est le seuil de l'immortalité, elle domine la mort. L'obscurité silencieuse comme une connaissance... co...naissance


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.