« Georges-Emmanuel Clancier | Ève noire | Accueil | Sylvie Fabre G., Corps subtil »

18 février 2009

Commentaires


J'aime retrouver votre écriture, Angèle, elle me repose de vos courses incessantes dans la littérature où nous promenons des regards différents. J'aime comme vous marchez à l'amble de J.P. Spilmont et son pays de brumes et d'eaux. Cela donne envie de faire un bout de route avec lui.
J'ai regardé hier un documentaire sur la Corse qui ne m'a pas satisfaite. Pourriez-vous, un jour, nous offrir une promenade sans le Cap-Corse avec vos mots et vos photos ? J'aimerais connaître les traces de votre marche dans votre maquis...



Ah! Christiane, vous voilà donc déroutée par mes "itin-errances" littéraires ! Et un rien affolée ! Pas moi ! J'aime les vagabondages ! ils nous obligent à nous remettre en question chaque jour et à reconsidérer nos idées reçues! Je ne saurais me passer de ces extravagances - ni de leur contraire, du reste. Ainsi, de ces flâneries en Flandres auxquelles m'ont invitée Jean-Pierre Spilmont, dans un ralenti du temps , paisible et bienfaisant. Mais je suis une mosaïque aux reflets changeants, dont mes terres rendent compte, je pense, pour peu que l'on se pique de curiosité et que l'on ose s'y aventurer !

L'émission d'hier sur la Corse ? Un pur produit marketing ! Je ne m'y reconnais pas !



PS du Webmestre de TdF : pour retrouver facilement toutes les notes de lecture d'Angèle mises en ligne, se rendre dans l'http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2004/12/index_bibliogra.html>Index des lectures d'Angèle.



Non, je ne suis pas déroutée, je prends même goût à nos échanges sur cette Princesse de Clèves, mais dans certains de vos billets, comme aujourd'hui, je retrouve une langue familière qui m'apaise. Un soupçon de ces cantilènes qui rassurent l'enfant au seuil de l'aventureux sommeil. Entrer dans une écriture qui soit une paix avenante où lire devient respiration...
"Ce toit tranquille où marchent des colombes..."
C'est ainsi que j'ouvrirai le livre de Jean-Pierre Spilmont...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.