« 17 février 1921 | Interdiction de La Ronde d’Arthur Schnitzler | Accueil | Jean-Pierre Spilmont, Une saison flamande »

18 février 2009

Commentaires


Angèle, je profite de cet article... pour vous dire à quel point vos poèmes, avec ou sans illustration, touchent profondément mon âme errante et fugitive. Et je n'ai pas fini de lire tout ce que vous nous offrez. S'agissant de Lucien Clergue... j'ai sous les yeux, un autre livre que peut-être vous connaissez. Description : Corps mémorable, Couverture par Pablo Picasso et douze photographies par Lucien Clergue. Pierre Seghers, Editeur, Paris, 1962.

Et pour rester dans le contexte de votre article... merci de me faire découvrir Ève Noire que je ne connaissais pas.



Merci, Sylvaine de ce témoignage d'amitié, proche de la confidence. "Animula, vagula, blandula", écrivait déjà l'empereur Hadrien ! Je me reconnais moi-même dans ces trois mots qui disent l'âme vagabonde. Je les lis avec tendresse.

Corps mémorable! Quel titre évocateur dans sa polysémie. Je possède ce livre dans la version Pléiade, mais je n'ai pas, hélas, la célèbre réimpression de 1957 ("A Clergue, pour ses nus : Je vous orne Sémiramis").


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.