« Friedrich Hölderlin | Tinian | Accueil | André Velter | Quelque tendresse que »

02 février 2009

Commentaires


"... qui saura me dire ce que sa force vive met de bonheur en moi ?"
C'est exactement cela quand je lis ce très beau texte apollinien.



Que c'est beau...
je l'ai lu d'une traite en sentant remonter en moi les odeurs de l'Afrique
quand la terre est comme une éponge et que les parfums sont si puissants
que l'on voudrait s'échapper dans la pierre

Ta voix ici est comme une coulée de lave

Merci



Moi ça me rappelle aussi tant de délires en Italie et en France où je me régale en Vespa.

Tout ça dit en poésie c'est super!!!


" oh nos vespas imaginaires figées dans les souvenirs image unique cerclée dans son halo de lumière vive…"

Amicizia
Guidu ___

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.