« Luis Felipe Fabre, Une saison dans le Mictlan | Accueil | 5 janvier 1952 | Sortie à Paris de La Terre tremble de Luchino Visconti »

04 janvier 2009

Commentaires


Ce qui me paraît fascinant dans l'histoire de ce livre, c'est que la langue orale aura été l'outil utilisé pour retrouver ce riche vestiaire disparu. Rechercher dans les contes, les récits des colporteurs, le bouche-à-oreille, les codes de ces vêtements, ces secrets que toute la population de l'île comprenait (comme ces chemises d'hommes taillées par les femmes dans l'étoffe de leurs jupons !), l'appartenance à une histoire locale, à l'une des quatre parties de cette terre. Apprendre par le vêtement l'histoire, l'art, la géographie, la psychologie des femmes et des hommes de Corse est une aventure passionnante. Nul doute que la création du Conservatoire du Cap Corse a allumé ce désir.
Protection, parure, pudeur, parole... que peuvent signifier ces vêtements ? Cette exploration très précise construit un imaginaire vestimentaire qui nous permet de construire notre propre imaginaire quand nous choisissons nos vêtements, entre codes du passé et du présent pour avertir les autres de qui nous sommes et de ce que nous aimons. C'est un regard subtil que Angèle Paoli a posé sur ce beau livre de Rennie Pecqueux-Barboni qui a à voir avec la transmission mais aussi avec la résistance. Ah ! ces Cap-Corsines, quelles fières rebelles !!!!



Merci, Christiane, de cette belle analyse, tout à fait juste. Je suis heureuse de pouvoir partager avec vous cet instant-découverte d'un autre langage qui passe par le corps. Un langage subtil, extrêmement riche en enseignements de toutes sortes. Et qui, en outre, bouscule les idées reçues !
Moi qui ne suis ni couturière, ni brodeuse, ni dentellière, je me surprends à rêver sur ces gestes minutieux qui ont accompagné les longues soirées d'hiver des femmes de l'île. Derrière ces activités apparemment modestes, c'est tout le tissu social des femmes qui se dévidait et s'enroulait, se refaisait, en même temps que s'égrenaient les paroles échangées au fil du rouet.


Costumes de Corse vient d'obtenir le Grand Prix des Iles du Ponant du Prix du livre du Salon International du Livre d’Ouessant.


Bonjour,
J'apprends à l'instant l'existence de votre livre sur les costumes corses. Je suis breton et je m'intéresse beaucoup aux traditions populaires bretonnes et, pourquoi pas, d'ailleurs.
Il y a 2 ans, environ, j'ai visité des amis en Corse (Ajaccio et Porto) et, dans mes moments creux, j'ai parcouru les librairies d'Ajaccio à la recherche d'ouvrages sur les costumes corses et les danses traditionnelles corses. Grand désappointement car je n'ai rien trouvé à l'époque.
Ce que je viens de découvrir sur google me ravit et j'y remédierai à la première occasion.
Bonne continuation car c'est très prenant et ardu mais très gratifiant.
Kenavo a vechal
Salute è pace

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.