« Auxeméry | la mort des êtres… | Accueil | Interview de Cécile Oumhani par Rodica Draghincescu »

03 décembre 2008

Commentaires


Magnifique travail d'exploration d'une oeuvre difficile. Bravo.
"Comment voit-on les couleurs qui s'écrivent ?", dit le poète....
Avec la langue !!! Comme fraise. Citron. Vanille. Violette. Cassis. Framboise....
Ah, si ce poète était gourmand, il serait tant paisible !
Il écrirait les yeux fermés et ses mots couleraient comme le jus d'une pêche très mûre...



Non, il n'est pas ainsi, ce poète ! Je l'imagine plutôt ascète que dégustateur de glaces à la vanille. Du reste, sa poésie est essentiellement visuelle. Le goût et l'odorat ne sont pas vraiment représentés dans ses textes. Mais il y a tant d'autres dimensions dans sa réflexion, que je garde le goût des fruits rouges pour après, après ma lecture, après mon cheminement à ses côtés, comme une récompense inattendue après un long effort.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.