« Lorand Gaspar | Depuis tant d’années… | Accueil | Rouges de Chine 19 »

05 novembre 2008

Commentaires


C'est tellement grand et magnifique. Totalement inconnu pour moi. Je cherche une fissure par où entrer dans ce monolithe impressionnant. En attendant, j'ai l'humeur boudeuse et me réfugie dans vos poésies partageant l'espace avec ces photos lumineuses. La pluie et ce jour gris m'ont ravi mon humeur agreste. Faim d'étoffes tièdes, de feu de bois, de poésie et de musique. Très belle votre programmation. Un livre entrouvert : Le voyage égoïste de Colette.
"Qu'est-ce que tu as, ... Tu as que c'est dimanche et qu'il pleut. Si tu étais une femme tu fondrais en larmes..."



"La fissure", Christiane, Travailler fatigue, peut-être, puisque tu aimes la poésie. C'est celle que je te suggère. Le reste viendra sans doute ensuite. Mais Pavese n'est pas un écrivain solaire, même si ses collines sont écrasées de chaleur.
Et Colette dit vrai, en peu de mots. Je l'imagine, jour de pluie, emmitouflée dans son plaid écossais avec ses chats sur ses genoux, suçotant le bout de son stylo. Ou faisant pleuvoir la neige de ses sulfures.
Pavese, Colette, deux géants de la littérature, aussi éloignés l'un de l'autre que Saturne et Vénus ! Ils ne se sont probablement jamais rencontrés, sauf ce soir, ici, au coeur de notre échange! Peut-être sourient-ils l'un et l'autre de l'incongruité de cette rencontre !



Oui, ce n'est pas très gentil, face à cette subtile introduction à l'oeuvre de Pavese, de se réfugier dans la mélancolie d'un autre auteur aimé. Peut-être est-ce cela la voix d'un écrivain, celle que nous cherchons sur une étagère, pour se consoler de cette mélancolie de novembre... mélancolie qui semble être une teinte-Pavese si j'ai bien lu cette magnifique page. Alors, je vais demander à Gabrielle Sidonie Colette de pardonner ma fugue vers Pavese en relisant pour elle ces magnifiques lignes de La Vagabonde :
"Je m'échappe, mais je ne suis pas quitte encore de toi, je le sais. Vagabonde et libre, combien de fois vais-je retourner à toi, cher appui où je me blesse ? Ah ! Tu seras longtemps une des soifs de ma route !"



Ce soir, vendredi 12 décembre, à 22h15, sur France Culture :
SURPRIS PAR LA NUIT : « Reconnaissances à Cesare Pavese »
Par Matthieu Bénezet, Producteur-coordinateur : Alain Veinstein
A propos de la publication des Œuvres de Pavese dans la collection Quarto (Gallimard).

Avec Martin Rueff, Dominique Fernandez et Mario Fusco.

Réécouter ICI.




L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.