« Rouges de Chine 20 | Accueil | Amina Saïd | alors au pied d’un arbre »

10 novembre 2008

Commentaires



C'est touchant, de telles merveilles sur votre île Angèle. Merci encore encore encore...


oui l'île, la langue italienne et ce que j'en pressens, car la traduction, et cette fameuse réserve, me laissent sur ma faim, mà la lingua italiana !


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.