« Pascal Quignard, Boutès | Accueil | 17 septembre 2005 | Mort de Jacques Lacarrière »

16 septembre 2008

Commentaires


Bonjour Angèle,
Très beau texte que le tien, qui rend si bien l'atmosphère de cet instant.


Elle est fort étrange votre référence au cœlacanthe, ce symbole biologique de l'endurance, chère Angèle …

Amicizia
Guidu___


Mon cher Guidu, depuis que j'ai découvert l'existence de ce doux monstre, je ne pense qu'à lui. Il est aveugle, squameux, impotent, quasiment grabataire sur ses sables, et pourtant, je l'aime! Sans doute à cause de son nom. Un nom mystérieux qui plonge son "e" dans l'"o", et tient du ciel et de la plante (la belle acanthe!). Il a le même âge que les fougères ! Raison de plus pour le bichonner à l'ombre de mes phrases. Où est le risque? Il est bien sage, mon cœlacanthe, blotti immobile au fin fond des abysses noirs !


Bonsoir, Elsa, merci à toi de ton passage. La pluie est tombée drue aujourd'hui encore. J'en ai profité pour lire. A mon rythme. Je savoure ces ralentis du temps.


Ce chat qui ronronne… enroulé sur vos épaules, ne serait-ce pas le gentlecat Lupinu ? …

Amicizia
Guidu____

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.