« Esther Tellermann | Sûrement je vous tiendrai | Accueil | Françoise Clédat | (où le chant sans l’organe) »

23 juin 2008

Commentaires


Un poète que je n'ai pas encore lu. Ce poème me donne envie de le découvrir. Me voici dans l'impatience... Merci Angèle !

"c’est la même lenteur debout
qui vous déchire d’avec le pays
chaque adieu vous retourne infiniment"

Ludovic JANVIER fut mon professeur à Paris VIII.
Pourrais-je jamais oublier cette voix qui parle la poésie comme Kafka (un de ses auteurs favoris) « ne rêve pas mais (suis) rêvé » ?
Celui dont « la parole tombe du corps et se souvient. »
L. JANVIER n’enseignait pas la poésie, il la déclamait.
À lire, à entendre.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.