« Stefanu Cesari | Ti scrivaraghju in faccia | Accueil | Première édition de LA TRANSCONTINENTALE à Marseille »

18 mars 2008

Commentaires


Symphonie pour un homme seul a servi de support révélateur au talent du jeune chorégraphe Maurice Béjart. Dix ans plus tard, il utilisera de nouveau la musique concrète de Pierre Henry pour laisser libre cours à l'improvisation de 7 danseurs. Ce sera Variations pour une porte et un soupir. Chaque soir, les danseurs changent et tirent au sort leur numéro devant le public. Le thème correspondant à chaque numéro est inscrit sur un tableau. Ils danseront seuls, ou feront un pas de deux, ou de quatre. C'est selon le tirage. Il y aura à l'intérieur même des variations à la fois des obligations et la liberté de l'improvisation. Les thèmes reprennent les moments qui peuvent occuper une journée ou une vie entière de l'être humain : Sommeil, Eveil, Etirement etc.. jusqu'à la mort.
En 1967, Maurice Béjart fait lui-même appel à Pierre Henry pour créer la musique de Messe pour le Temps Présent, œuvre dédiée à Patrick Belda , jeune et talentueux danseur qui vient de se tuer dans un accident de voiture. Il avait particulièrement brillé dans Variations pour une porte et un soupir par sa drôlerie et son espièglerie. Je m'en souviens.
La musique de La Messe a fait le tour du monde. Ce ballet, parfaitement inscrit dans son époque, était un hymne à la jeunesse et à l'amour. Il préfigurait l'explosion de 68. Le musicien et le chorégraphe ont prouvé, une fois de plus s'il en était besoin, que leurs deux arts se fondaient l'un dans l'autre pour adresser un message universel.
Amicizia
christiane Laggi

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.