« 5 janvier 1904 | Lettre de Jean Lorrain à sa mère | Accueil | Patrick Modiano, Dans le café de la jeunesse perdue par Angèle Paoli »

06 janvier 2008

Commentaires


La voici cette note ! merci Angèle ! encore un magnifique commentaire... je pars plonger dans les poèmes qui "ne changeront pas le monde" mais qui me touchent ... Comme j'aimerais entendre la langue de Patrizia Cavalli ! Ellise


Article fort intéressant et d’ailleurs j’étais étonné de ne pas avoir lu à ce jour un commentaire chez vous depuis la publication de cette traduction de la poésie de Patrizia Cavalli.

Vous m’aviez déjà parlé de ces quelques écarts à propos de cette traduction sur mon blog. Je suis d’accord avec vous, mais il faut dire que c’est peut être le prix à payer pour que des lecteurs ne maitrisant pas l’italien puissent aborder l’œuvre formidable de Cavalli. M’étant amusé à plusieurs reprises, et sans grand talent il faut le dire, à traduire de la poésie, je sais combien il est difficile de ne pas « re-écrire » le poème à la place de son véritable auteur.

Le passage de la barrière des langues est toujours très difficile à faire, surtout quand on aborde les rives de la poésie.

En tout cas, comme vous, je conseille cet ouvrage à tout amateur de poésie.

Ton article m'a fortement intéressée, Angèle !
Je ne connaissais pas Patrizia Cavalli. Je la remercie ici, elle m'a fait sourire ce matin. Beaucoup d'humour tendre, de dérision... je vais aller à sa recherche, moi aussi.

Elle a raison Patrizia : nos poèmes ne changeront pas le monde, mais ils l'éclaireront de mille façons.

patrizia cavalli è grandiosa!
e le traduzioni mi sembrano davvero belle.
complimenti.
s.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.