« Terres de femmes―Sommaire du mois de décembre 2007 | Accueil | Jean-Pierre Faye | et je ne sais qui est celle qui est mienne »

01 janvier 2008

Commentaires


Chère Angèle Paoli,

J'ai vu avec bonheur votre bel article sur Impostures, qui témoigne d'une compréhension si vive, d'une lecture si approfondie. Cela jusque dans le commentaire du tableau de La Tour, car, c'est vrai, l'effacement du quatrième joueur ne nous laisse qu'"invite implicite"... à une illusion toujours pourchassée, sur fond de tromperie. Mes trois nouvelles ont un rapport avec une suite qui va de l'Antiquité au début du seizième siècle (la miniature représentant Sempronia en date, et bien sûr les deux autres récits); mais les choses ne s'arrêtent pas là, et en les illustrant avec un tableau du siècle suivant, on invite à penser à cette permanence dans l'incertain, à cette interrogation sur laquelle je suis toujours en train d'écrire.
Quelle belle introduction à la nouvelle année m'a été votre texte ! Merci d'être celle qui témoigne, grâce à Terres de femmes, qu'il est encore possible d'accomplir au sujet de la littérature une mission délicate et astreignante avec un véritable amour.

Bien amicalement,

Marie-Claire Bancquart

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.