« Nelly Sachs | Quand le jour devient vide | Accueil | Jeanne Bastide, Intimité de la lumière »

28 janvier 2008

Commentaires


Coïncidence : je lis actuellement (entre autres, toujours 2 ou 3 livres en lecture) Le Pont aux trois arches... :-)


Etrange, Agnès, en effet. J'ai lu Avril brisé il y a fort longtemps; je le relis en ce moment avec la même émotion et la même angoisse. Deux histoires se superposent, dans un décor et une atmosphère qui ne peuvent laisser indifférente la Corse que je suis. En revanche, je n'ai pas lu Le Pont aux trois arches. Tu me diras.

Souvenir très fort de ce livre magnifique.
Savez-vous que Walter Salles a transposé le récit au Brésil et réalisé un très beau film aussi, Avril brisé (Abril despedaçado) ?

Bonjour,

Avril brisé est magnifique et vous avez raison de vous rappeler la Corse. Moi aussi je suis épaté de la ressemblance de certaines habitudes très anciennes, entre les deux pays.
On connait la vendetta corse, via Mérimée, mais on connait peut de choses de la vendetta albanaise, qui fait rage, même aujourd’hui.
Dans les montagnes de ce Pays, il y a encore des milliers de personnes qui ne sortent pas de chez eux à cause de la même loi de montagnes. Racines communes ?
Une autre ressemblance: la polyphonie.
J’ai connu récemment I Muvrini, mais savez-vous que l’année passée la polyphonie albanais a été proclamée patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO?
Bien a vous


J'ai pas mal lu Kadaré, que j'estime comme l'un des deux ou trois auteurs contemporains les plus importants. Merci de lui rendre ce petit hommage, chère Angèle!

Amitiés

Alfred.


Je suis d'origine albanaise.
Quand j'étais étudiante, moi et mes amis nous dévorions les livres de Kadaré. Je peux seulement ajouter qu'il a aussi enrichi notre langue. Même si ses oeuvres ont été très bien traduites (malgré le contexte spécifique d'une Albanie isolée, elles ont dépassé les frontières), je suis très contente de les avoir appréciées dans leur version originale.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.