« Alejandra Pizarnik | El olvido | Accueil | James Sacré | Parfois »

11 décembre 2007

Commentaires


C'est vraiment très généreux à vous cette lecture d'Apothicaria. Vous n'avez pas découpé les pages en haut si bien que vous avez lu autre chose que ce que j'ai écrit (un unique long poème de 167 vers en fait, composé donc sur la Tabacaria de Pessoa précisément, mais totalement autonome heureusement !) et du coup ça m'a intéressée de voir que les strophes elles-mêmes sont indépendantes - d'ailleurs le fait qu'elles soient séparées par des astérisques porte à confusion, c'est ma faute, j'aurais dû les ôter aux épreuves et enfin c'est une belle lecture, une vraie attention à mon travail, je vous en remercie de tout coeur. Avec toute ma gratitude,
Valérie


Le temps n'a pas cours chez vous, chère Angèle, ou il coule différemment... voilà une payse tout droit surgie des mots d'enfance, Valérie Rouzeau, qui, hier au soir, dans notre librairies "Folies d'encre" (que vous aimez bien) nous a offert de sa voix enfantine et de son sourire mutin les dires de l'enfance où elle rebondit comme une balle aux mots, très espiègle.
Où n'avez-vous porté le flambeau de vos mots pour éclairer l'encre des poètes ?


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.