« Valérie Rouzeau | Quand je passerai | Accueil | Angèle Paoli, Corps y es-tu ? »

22 novembre 2007

Commentaires


La lettre de Baladine, dans sa langue exquisément tâtonnante et sûre, serait-elle inférieure au petit poème un peu simple de Rainer-Maria ? La différence des deux pièces ne proviendrait-elle pas, au contraire, non d'une position différente sur l'échelle des réussites, mais de ce que l'une (la lettre) dit l'âme avec une souplesse magistrale, tandis que l'autre (le poème) serait brièvement passée par le puissant creuset philosophique de l'auteur des Elégies de Duino ? - Quoi qu'il en soit, je préfère, pour ma part, la lettre au poème.
J.-M.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.