« Hommage à Frédéric Benrath au Musée des Beaux-Arts de Lyon | Accueil | Antonella Anedda | Le dit de l’abandon »

28 octobre 2007

Commentaires

Chère Angèle,

Vous avez bien raison, qui est épris de Quignard ne supporte pas Onfray. C'est exactement mon cas!

Joëlle

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.