« 19 septembre 1852 | Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet | Accueil | 21 septembre 1993 | Orlando de Virginia Woolf au Théâtre de L’Odéon »

20 septembre 2007

Commentaires

Une histoire de fenêtres
et de volets entrebaillés
où couve une lumière assidue
que le songe oblitère


Bouger ?
Rapatrier l'asphodèle
au profond des miroirs ?
Haranguer le tilleul ?

Bientôt l'Automne...

Oui, MTH, je le sens. Il est grand temps de haranguer le tilleul et de renouer avec les asphodèles abandonnées au bord des talus. L'automne est là, lumière douce et doigts d'or, mais je doute qu'il ressemble à mes rêves enfouis. Je n'ai pas encore eu le temps d'en goûter les délices cachés et les parfums vénéneux. Patience! Dans quelques jours peut-être.

Beaux jeux de lignes et de mots sur les fenêtres, jalousies partagées closes ou bées (baies ?)

Et je reste là, à l'écran, collée devant les couleurs hurlantes, les mots frôlants et caressants.
Invitation pareille à une toile, à des voiles qui me traînent vers ailleurs...

Merci Angèle et Guidu

Lisa

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.