« Umberto Saba | Notte d’estate | Accueil | 11 septembre/Pierre Loti, Madame Chrysanthème »

09 septembre 2007

Commentaires

Bellissime lettere. Una in particolare. Un orage, un homme et une femme. Des bruits, etc.

je l'aime cet homme. L'écrivain aussi bien sûr, mais le bonhomme !

28 octobre 1760

… Voilà des vents, une pluie, de la tempète, un murmure sourd qui font retentir sans cesse nos corridors, dont il est désespéré.
J’aime, moi, ces vents violents, cette pluie que j’entends frapper nos gouttières pendant la nuit ; cet orage qui agite avec fracas les arbres qui nous entourent ;…

(folio n° 1547, p. 148)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.