« Gustave Roud | Au-delà des fenêtres | Accueil | Jean-Claude Izzo | Plage du Prophète »

02 juin 2007

Commentaires


Brume, popeline oubliée après la débâcle… en recherchant l'immortalité, ils ont découvert la poudre… A ce point de la stratosphère, toutes les directions sont justes, elles indiquent une narration qui devient mémoire…

Amicizia
Guidu ___

Venise, voyage inoubliable
voyage hors du temps
couleurs hors du temps
seule cette déclinaison de gris pouvait le dire
et ce beau texte qui glisse

Je relisais Deguy tout à l'heure chère Angèle ... en contrepoint et comme une approche, où les références – les tiennes, les siennes – se croisent ...

"Barque exaltée en pavois où le corps
Se vêt de l'impatience qui lui ressemble
Et sa pensée alors conduite aux entrailles
Connaît ceci :


Profond mime du départ
L'artère émue le bras
L'os étrave à sillage de sang"

Michel Deguy, « Ouï Dire », dans Donnant Donnant. Poèmes 1960-1980, Paris, Poésie/Gallimard, p. 99.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.