« A punta murtale | Accueil | Ariane Dreyfus, L’Inhabitablepar Angèle Paoli »

13 juin 2007

Commentaires

Parmentières, mesquinières, mulquinières, tisseuses d'images.

"Mulquinier" est un mot merveilleux, perdu et retrouvé.

Mulquinier d'images, - tel est le poète ! (Au féminin comme au masculin)

N'est-ce pas Angèle ?

Amicizia

Ton texte, Angèle, est une aimantation de lectures : lectures d'écriture. Ecritures de l'écart, vibrations sonores ; danses mellifères tressées au frimas des ténèbres. Si bien qu'absente de tout bouquet en sa page nocturne, la fleur du texte-poème vient éclore en constellations nomades, en multitudes dispersées : un rien germinatif d'éphémères où résonnent les cymbales enchevêtrées de la nuit.

"Ecrire...
L'encrier, cristal comme une conscience, avec sa goutte, au fond, de ténèbres relatives à ce que quelque chose soit: puis, écarte la lampe.
Tu remarquas, on n'écrit pas, lumineusement, sur champ obscur l'alphabet des astres..." (Mallarmé)

Quelques mots de remerciements très rapidement (je suis prise entre les réserves de la Bmo et l’exposition Rouché à Garnier, que je compte visiter pendant la pause repas). Vous m’aviez parlé de ce billet jeudi dernier, chez Laurence Mauguin, mais je le découvre aujourd’hui seulement -- agréablement surprise --

amicalement,

Déborah

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.