« Patrick Amstutz | Îles | Accueil | 6 juin 1875 | Naissance de Thomas Mann »

05 juin 2007

Commentaires

Claude Esteban est un poète qui m'émeut profondément. Il est de ceux qui me donnent le plus intimement conscience du vivant du poème.

Flap ... pour un petit dépot en écho à "Suis-je" ...


Songe

*

Songe à nos pas légers
S'enfonçant dans le sable
Aux vagues qui couraient
Racontées par la fable

Songe aux rires chahutant
A nos mains si fébriles
De nos peaux se frôlant
De désirs malhabiles

Songe aux rêves entendus
Par nos âmes chimères
De sentiments perdus
D'un amour delétère

Songe à ces reflets bleus
Avant qu'ils ne s'effacent
Joyaux présents des Dieux
Idéaux dans la nasse

Songe aux éclairs de feu
Dans mes yeux pleins de larmes
A l'appel de tes voeux
Aurore de tes armes

Songe ... et ne désespère

*

busard
03/06/2007


1. En écho à Claude Esteban dans le Truinas de Philippe Jaccottet, Éditions La Dogana, 2004, p. 44. Il y fait allusion à des pages commencées et laissées en friches pendant trois ans...

     «  Si encore j'avais passé des jours à les reprendre, à les retoucher, à les varier, à les enrichir ! Non, ces jours, je les passais le plus souvent à m'en tenir éloigné, pour m'éviter les preuves de mes défaillances ; et nullement distrait par d'autres tâches qui m'auraient excusé.
    C'est tout juste si je pouvais noter, de temps en temps, à quel point je me sentais "défait" ; non pas "déchiré", mais "défait".
    Embarrassé aussi, comme jamais, devant ce qu'il me semblait toujours indispensable de cerner.
    Embarrassé, défait, dégoûté quelquefois, mais avec un dernier reste d'opiniâtreté.
    Un autre jour me revenait à l'esprit ce vers d'un sonnet écrit par Gongora dans son grand âge ;
    "Caduco el paso ? Ilustrese el juïcio..."
que j'avais traduit ainsi :
    "Caduc le pas ? Que l'esprit s'éclaircisse..." »


2. Et aussi ce poème de Claude Esteban :

« J'ai tout fait pour vivre
sans ressentiment

le malheur s'enivre
des coeurs trop aimants

il faudrait qu'on chasse
l'unique menace

est-il né le Prince
qui dévoile tout

moi dans mes provinces
j'attends à genoux

il faudrait qu'on dise
la terre promise.  »

Claude Esteban, Morceaux de ciel, presque rien, Gallimard, 2001, p. 175.



Oui Mth P. Ce je ne sais quoi de souverain aux heures déclinantes de la vie. La belle simplicité retrouvée, le dénuement d'une parole livrée comme une confidence ...

« Nous sommes là, nous traçons quelques mots sur une page, /.../ et ce geste de la main /.../ nous fait rejoindre un lieu hors de tout lieu où les morts en effet sont des présences proches et ceux qui ne sont pas nés encore, déjà comme des apparitions sur le seuil /.../ » (Claude Esteban, D'une couleur qui fut donnée à la mer).

... Où il suffirait de fermer les yeux, en signe d'adieu ...



EN HOMMAGE A CLAUDE ESTEBAN

et à l'occasion de la parution du Cahier Critique de Poésie n°13 (cipM) la librairie Tschann vous invite à une lecture à trois voix de son dernier recueil La Mort à distance (Gallimard) le jeudi 28 juin à 19H30 avec Esther Tellermann, Jean-Baptiste Para et Xavier Bruel


Tschann Libraire
125 Bd Montparnasse
75006 PARIS


http://www.tschann.fr

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.