« Matthieu Messagier | Hamadryades arrogantes au soleil de mai | Accueil | Renaud Ego/immigration zéro »

05 mai 2007

Commentaires

Lumière Toscane

Les tombeaux se sont tus
au pied de la colline
tombeaux ouverts
tombeaux fermés
qui parlaient à nos florentines
à nos amants
à nos aimées
langage qui n’est plus.
La brume est retombée
elle fait tapis sous la semelle
elle adoucit le pas de celles
qui perdent chemin.
Chemin vers les tombeaux
qui n’ont plus rien à dire,
chemins d’herbe verte et d’eau
puis séchés au soleil
et plus humides encore humides.
Lumière sur les tombeaux vides.

Sous les ogives outre-passées de la salle hypostyle, all’aperto, les frises arabesques, les sceaux calligraphiés, les entrelacs des signatures, constellés des jeux de l'ombre, traçaient en colonnes papyriformes les vestiges d'un démenti caché…

Amicizia
Guidu ___

c'è una luce crepuscolare che s'insinua tra i pini e il cielo, spesso un cielo alla Corot...contro cui si stagliano le rovine, in lei dimorano gli dei assopiti e molti tempi passati ma non del tutto perduti...

un saluto romano da farouche e alfred, a presto


Cette "Luce Romana" existait déjà du temps de Botticelli !

Storia di Nastagio degli Onesti

Amicizia
Guidu____



Merci, cavaliere, pour ces images de lumière florentine avec lesquelles Sandro Botticelli continue de nous émouvoir. La lumière est de tous les temps, inchangée, vibratile, insaisissable... même si l'histoire des hommes vient la ternir de ses outrages.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.