« Pentti Holappa | La matière est langage | Accueil | Renaud Ego/Les mots le savent d'ailleurs »

03 avril 2007

Commentaires

A propos de la photo de Guidu Antonietti di Cinarca

Corps de lichen, bûche impalpable
Tes remous torrentins
Attirent l’impatience

Corps qui ne tressaille
Au bruit d’aucun silence
Mais qui frémit sous le chemin
Aquatique

Garde mes regards
Même dilués !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.