« 17, Le Tour de Corse à la voile, 17 | Accueil | 24 avril 1906 | Alexandre Blok, L’Inconnue »

23 avril 2007

Commentaires

je ne connaissais pas ce livre, pas vraiment lu de romans de Quignard, mais sa Vie secrète est un des livres qui m'a questionné au plus haut point, et ses Petits traités alimentent mon besoin de culture avec un plaisir certain, grand auteur !

A Beatrice


jamais
je ne saurai
ton sens
dans mon propre filet
et les grands pas
du petit pied

jamais
je ne t’aurai
couchée à mes côtés
avec ton doux nez
devinant
ce que cachent mes flancs

jamais
je ne connaîtrai
femme dans femme
ce qui se dit,
l’âme à l’âme
l’une à l’autre
à l’ombre du figuier

car, tu le sais
au gré des roses
les parfums changent

mais pas les choses

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.