« 8, Le Tour de Corse à la voile, 8 | Accueil | Terres de femmes―Sommaire du mois de janvier 2007 »

31 janvier 2007

Commentaires

Article passionnant, chère Angèle, pour de multiples raisons. C'est une rencontre qui est proposée là, avec Laurence Mauguin, que l'on a le sentiment de rencontrer en réalité, c'est aussi une très belle histoire de courage, de ténacité, pour ne pas employer le mot de vocation, dans un temps où la librairie et singulièrement celle qui ose défendre la poésie est attaquée de toutes parts et parfois même du sein même du monde du livre ! Les exemples de faillites ou difficultés sont très présents à l'esprit et on ne peut que saluer les entreprises comme celles-là qui continuent à aller de l'avant, à innover, à être "dans la marge"..... la marge du livre, n'est-ce pas un beau programme.....

oui, voilà une personne comme on aimerait tous en connaître, se débattant dans le réel pour le faire "mousser", quel cuisine intense de la vie qu'aimer et faire vivre l'art.


Compte tenu de l'extrême réserve et modestie de Laurence, je pense qu'elle cherche plus à faire "éclore" ce réel, qu'à le faire "mousser".
Amicizia,
Angèle

vi vi, mais j'étais sur une métaphore cuisinesque...pour ça les guillemets. J'aime autant la cuisine que la littérature, les saveurs vont au tréfonds de l'âme par le corps. Excusez donc ma maladresse le cas échéant.

Pas d'inquiétude, Pant. J'avais vu la métaphore filée.
Amicizia,
Angèle

Merci, ma chère Florence, pour votre passage. Je suis certaine que Laurence M. en sera très touchée.

Ci-dessous quelques lignes consacrées par Le Matricule des Anges à Ô ter abcède de Martin Ziegler et à Laurence Mauguin, son éditrice:

"Le texte de Martin Ziegler gagnerait à être connu par ces temps de disette poétique. Une langue et un univers sont là, signes d'un véritable écrivain. Ô ter abcède est une invite à se laisser ravir par le langage, des descriptions poétiques d'où ne sourd nul personnage. En outre, la maquette du livre est superbe et le papier ivoire semble se conjuguer à la noblesse du projet. Il est temps de reconnaître le travail encore méconnu de Martin Ziegler ainsi que celui de l'éditrice Laurence Mauguin"


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.