« Mario Luzi | Diana, risveglio | Accueil | Jacques Roubaud | Dialogue »

04 décembre 2006

Commentaires

"Qui, si je criais, m'entendrait donc, parmi les ordres
d'anges ? et à supposer même que l'un me prît
soudain à coeur : je périrais de sa
présence plus forte. Car le beau n'est rien
que le commencement du terrible, que, juste encore, nous supportons ;"


Rainer Maria Rilke est né le 4 décembre 1875 et décédé le 29 décembre 1926

Amitiés,

Merci, Pascale, pour cette remise en mémoire. Je renvoie les lectrices et lecteurs de TdF à l'une des notices consacrées à Rainer Maria Rilke (très présent dans Terres de femmes).

[...] celle
qui reçut tant d'amour que d'une seule lyre
plus de plainte jaillit que de mille pleureuses,
et que naquit pour elle un monde fait de plainte,
où tout fut à nouveau : les forêts et vallées,
villages et chemins, bêtes, flauves et champs.
et ce monde de plainte eut aussi un soleil
tournant autour de lui comme autour de la terre,
avec un ciel silencieux et rempli d'astres,
un ciel de plainte aux étoiles défigurées - :
pour elle tant aimée.

Rainer Maria Rilke, "Orphée, Eurydice, Hermès", Nouveaux poèmes, I,, Œuvres poétiques et théâtrales, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, page 408.

LA COLONNE DECHUE

J’ai fait un rêve :
Malaparte à Capri
Sous un ciel clair,
Veut habiter sur un promontoire.
Il me décrit son programme :
Un arbre,
Une statue,
Une colonne déchue,
Une métaphysique de l’espace basculé,
Une victoire de l’apesanteur,
Une défaite de l’immobilisme...
Est-ce une Architecture méditerranéenne rationaliste lyrique
Qu’il m’a commandée ?

Amicizia
Guidu ____


Ps : L’Architecte Adalberto Libera est auteur de la très célèbre villa Malaparte de Capri, toile de fond du Mépris de Jean-Luc Godard, d'après Moravia

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.