« 4, Le Tour de Corse à la voile, 4 | Accueil | Pace è salute »

28 décembre 2006

Commentaires

sur la suie de la cheminée
des étoiles de feux
effacent l'ennui
effacent les douleurs du passé
sur la suie les flammes s'amusent
et discutent entre elles
des noëls, des jours de l'an
les flammes discutent
et effacent le temps passé
le vent souffle dehors
le ciel est gris et bas,
restons près de la cheminée
les flammes discuteront encore
et sur la suie des étoiles brilleront
restons près de la cheminée
nos souvenirs s'éveilleront
clem

Un singe en hiver

tendancieux le temps s’étire inlassable
sur les sables de ses incertitudes murs à ciel ouverts dans le désert des palabres
un par un ils virevoltent les songes radieux
dans l’absence circonstanciée des émois pacotilles
poussières de pas esquissés
elle
     dessine
des promesses d’avenir sur ses sentes à perte de vue
les chemins méconnus ensorcellent les palans
la neige à minuit s’ébahit de sarabandes outrées
le ciel flamboyant de ses couleurs écalures
déteint par-delà les paupières
en prières abolies là ici partout je l’attends
à des années-lumière
de ma géographie
    j’irai où elle sera
seul et en sa compagnie
d’un sourire pétrifié
incertain cobalt abasourdi
Babylone scarifié étranger reconnu

je suis j’en suis

doute avéré sans raisons apparentes
à contre-pente du haut des sentinelles
cantilènes stroboscopiques

irradié
pour toujours maintenant le présent se conjugue

en conjuration elliptique
j'y suis


Amicizia
Guidu___

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.